Un long couloir aveugle

Un long couloir aveugle, un long couloir a enfermé toutes ses années. Elle a suivi les murs sans jamais trouver la lumière.
Un labyrinthe, sa vie n’a été qu’un labyrinthe d’obstacles à surmonter pour s’évader vers la liberté.
Elle était enfermée dans la prison dorée d’un mariage si bien policé.
Vingt ans pour s’extirper de l’emprise d’un mari trop aimé, vingt ans pour trouver la sortie illuminée.
De remarques en réflexions, de réflexions en humiliations, il l’a tenue éloignée de la vie dont elle rêvait.
Progressivement, il l’a enterrée, mais elle s’est réveillée et a commencé à œuvrer pour sa liberté.
Doucement elle a levé les yeux ;
Fébrilement elle a pensé à mieux ;
Timidement elle a senti qu’elle vivait ;
Férocement elle s’est évadée.
Non sans mal, on ne quitte pas un roi. Elle est libre, mais elle le paiera. Sa nouvelle vie lui tend les bras ; elle ne le sait pas.
Souvent elle repense au tunnel, au long couloir du désespoir. Que de larmes, que de peurs, pour fuir le malheur.
Elle a voulu délivrer le peu d’espoir qui lui restait. Elle est libre, mais ne sait pas vivre. Elle se croit ratée, alors qu’elle est ratatinée. Elle doit apprendre à croire qu’elle EST pour se déployer.
Elle doit apprendre à croire qu’elle EST, tout simplement une captive délivrée. Elle doit découvrir qu’au-delà de la soumission, elle a une raison de s’épanouir pour EXISTER.

Anne WATKIN - L'Atelier Marque-Page