Emergence

Affalée sur le
divan je ferme les
yeux j'entends
l'appel du navire qui
sombre

l'appel susurre
d'abandonner
l’appel invite à
m'envelopper dans un
life jacket

juste à me laisser flotter

l'eau gelée
enfin me transie
inapte à penser et
plus rien à fighter

une pause qui réchauffe

le grondement de la
corne de brume
ravive mes entrailles

j'ouvre les yeux sur mon
naufrage de salon
de l'eau plein les
bottes

j’avale de travers ton
cri qui s’échoue sur les
parois de mon corps
monoparental

j’avance à
contre-courant
vers ton lit

ton être est lourd à
soulever à bercer à
consoler

[et DiCaprio s’est trouvé un
nouveau contrat]

émerger de ma dérive
m’agripper à ton
infinie douceur

respirer à grands
coups me rythmer à ta
volonté de vivre

te regarder dans le
fond des yeux avec une
promesse mouillée

te demi-sourire dans le
creux du cœur avec mon
naufrage à recoller

toi

mon enfant capitaine
À propos de l'œuvre...
C'est un texte en prose, en réponse au texte reçu de Isabelle. Celui-ci abordait différents thèmes, dont l'interrelation entre les gens en ces temps de pandémie.

Cet aspect m'a interpellé. Je l'ai transposé dans mon texte à un espace restreint, où l'enfant et la mère fragilisés sont interdépendants pour leur survie physique et affective.

J'ai souhaité exposer la lourdeur du rôle parental et valider la souffrance des mères monoparentales. Et refléter comment elles peuvent à la fois souffrir et à la fois prendre correctement soin de l'enfant, dans un principe de "good enough mother

Mélanie Bizier

Sherbrooke (Québec)
« Je travaille comme psychologue depuis 2007. J'expérimente la poésie depuis un an. J'aime être stimulée dans la création. Je participe donc à des ateliers d'écriture, des appels de textes, des défis littéraires , des micros ouverts et des compétitions de slam. »